Souvenir d’enfance : le hareng saur à l’huile

Bonjour les toqués(ées) ! C’est les vacances et je me fais discrète. La raison : je suis en Martinique, le pays de mon enfance et j’en profite pour me ressourcer avant la rentrée. Cela ne signifie pas que ma gourmandise est en stand-by bien au contraire…je crois même que cela commence à se voir, si tu vois ce que je veux dire; bon ne parlons pas de choses qui fâchent et une fois n’est pas coutume, je vais partager avec toi le souvenir d’un plaisir salé!

Récemment, alors que je me trouvais au supermarché,  j’ai été interpellée par une odeur qui m’était assez familière : celle du  hareng saur fumé. Cela eût pour effet de me ramener immédiatement en enfance.

Autrefois, lorsque j’accompagnais ma grand-mère ou ma mère à l’une de ces petites épiceries du centre-ville, j’avoue que je n’affectionnais pas du tout cette odeur et me demandait même, comment un truc aussi fétide pouvait avoir le mérite d’exister. L’odeur m’était tellement insupportable, qu’elle  m’empêchait de prendre part à la préparation du hareng saur à l’huile. Je me souviens qu’elle était longue, mais puisque je n’y participais pas, j’en ignorais aussi la véritable raison. Pourtant il m’en restait un agréable souvenir ! Celui de procurer un plaisir vif et délicat à mes papilles, car il est vrai qu’une fois agrémenté de quelques condiments,  je m’en délectais volontiers accompagné d’une salade de concombre ou tout simplement de riz blanc.

Aujourd’hui, des formules  toutes prêtes  sont commercialisées par des entreprises locales. Après dégustation, je convenais que si elles me dégageaient d’une fastidieuse préparation -toujours inconsciente à ce stade !- elles ne me satisfaisaient ni par leurs aspects et encore moins par leurs goûts. Alors j’ai à mon tour réalisé mon hareng saur à l’huile à partir de mes souvenirs d’enfance.

Pour ce faire, j’ai acheté des filets de hareng saur, ce qui m’a dispensé de les griller afin d’en ôter la peau.

IMG_0904

Deux autres ingrédients sont indispensables à la bonne réussite de la préparation. Tu ne les trouveras dans aucun supermarché et aucun robot ne pourra s’y substituer : une très bonne vue et beaucoup de patience :-)) ; le hareng saur contenant tellement d’arêtes fines et transparentes, il faut les enlever une à une; j’y ai passé environ 3h30 et la portée du mot fastidieux est simultanément devenue manifeste ! Ma foi, la gourmandise aime l’effort !

IMG_0907

Une fois ma chiquetaille obtenue, j’y ai additionné des oignons, des échalotes et du piment finement hachés ainsi que des rondelles de carotte. J’ai placé le tout soigneusement dans un bocal et recouvert le tout d’huile avant de le placer au frais pour une dizaine de jours afin que les arômes se développent. Je t’assure que le plaisir a été intense!

IMG_0906 IMG_0927 (2)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s