La rentrée…

Le D Day est finalement arrivé et j’ai passé ma première semaine à l’école avec plein de choses à partager avec toi.

La veille de la rentrée, j‘ai eu des préoccupations semblables à celles de mon entrée jadis au CP ! Au fur et mesure du temps, j’ai développé une forme d’excitation et bien entendu dix mille questions liées à cette nouvelle aventure sucrée-salée. Mon cartable avait été préparé avec soin et bien que je me sois couchée de bonheur ce soir-là, le marchand de sable s’est révélé ingrat. Qu’importe, j’ai été à pied d’oeuvre dès 7h00 avec suffisament de marge pour pallier toutes déconvenues. 

1er jour : La journée a commencé avec un petit déjeuner : croissant, pain au chocolat, thé, café et un délicieux jus d’oranges fraichement pressées. En somme, une excellente façon de faire connaissance avec les autres étudiants. Après que nous ayons pris place autours des tables disposées en U pour l’occasion, nos professeurs – Olivier Mauron et Gilles Maisonneuve – se sont présentés, puis le traditionnel tour de table. Nous sommes 34 étudiants, Bachelor et Master class confondues et pour être honnête, je ne pensais pas que les classes seraient autant internationales puisque nous représentons fièrement plusieurs pays du monde : Chine, Taiwan, Lettonie, Israël, Mexique, Martinique, Etats-Unis, Brésil, Cameroun, France et j’en oublie certainement… La matinée a été consacrée aux formalités administratives, aux explications sur la façon dont nous allons travailler durant nos cursus respectifs et l’après-midi à un cours sur le b.a.-ba de l’hygiène.

2ème jour : Début de journée, c’est le moins que je puisse dire, à 2 heures pour le réveil !!! Nous avons rendez-vous à 3h30 à Plaisir ou à 4h au Pont de Sèvres pour les parisiens : c’est la journée dédiée aux visites dont le marché international de Rungis ou la ville dans la ville tant son gigantisme est impressionnant ! Uniquement réservé aux professionnels, c’est le plus grand marché du monde; non pour sa taille (600 ha dont 234 ha aménagés), mais parce que tous les secteurs commerciaux s’y trouvent : le poisson, la viande, les fruits et légumes, les produits laitiers, le fromage et même un petit bout de Hollande avec les fleurs coupées ! Pour la petite histoire, c’est le nouveau «Ventre de Paris». Officiellement ouvert depuis 1969, le marché de Rungis regroupe les Halles qui étaient installées 8 siècles durant sur l’actuel 2ème arrondissement de Paris et les produits carnés installés en 1950 à la Villette dans le 19ème arrondissement (Pour plus d’info: http://www.rungisinternational.com/fr/rouge/historique/index.asp). Une fois, nos magnifiques charlottes et blouses enfilées, nous avons débuté notre visite par le pavillon de la marée. Il n’y avait plus autant de produits qu’à 2 heures mais tout de même quelques belles pièces et bien fraiches : oeil vif et brillant et ouïes d’un rouge sang .

Nous avons poursuivi par le pavillon des fruits et légumes. L’endroit m’a paru infranchissable, et en terme de sécurité similaire à un week-end à Amsterdam; non pour la foultitude de vélos mais de Fenwick! L’unique et étroite allée regorge de transpalettes qui assurent le transport des marchandises. Un déluge de fruits et légumes en tout genre, un mélange de couleurs et d’odeurs sans comparaison avec les hypermarchés.

Le pavillon carné est à lui seul une expérience; végétarien s’abstenir ! C’est le pavillon le plus froid, la température est d’environ 3°C et le seul muni d’une caisse centrale pour régler tous les achats uniquement carnés (dans les autres pavillons les achats se soldent par le biais d’une carte acheteur qui permet en outre l’accès au marché). Muser dans les allées de viandes pendant au plafond, les langues de boeuf accrochées au mur comme des tableaux, les abats encore sanglants à à peine 5h du matin, comment dire, c’est quelque peu écoeurant et la visite a naturellement été express. Heureusement, il n’y avait pas de dégustation prévue :-))

Ensuite le pavillon des produits laitiers et du fromage. Si j’étais une souris, Rungis et plus particulièrement ce pavillon serait  mon pays des merveilles ! Regarde-moi, ces meules et avoue qu’elles sont magnifiques. Hi hi hi  yummy in my tummy !!!

Pavillon des produits laitiers et du fromage
Pavillon des produits laitiers et du fromage

Et enfin le pavillon des fleurs coupées. C’est un petit bout de Hollande à Rungis ! En effet, les fleurs coupées, produites majoritairement en Afrique du Sud, en Ethiopie et au Kenya, sont importées de la Hollande. Elles arrivent en France dans des cartons étiquetés en néerlandais et sont mises en bac pour la vente. En France, il n’y a quasiment plus de producteur de fleurs coupées à cause des coûts de production bien trop élevés.

Nous avons terminé notre visite vers 7h ou 7h30. Nous nous sommes rassemblés dans un bistrot au coeur de Rungis pour prendre un petit déjeuner (bien mérité !) après quoi nous avons regagné Paris pour visiter Le Pré Catelan, Le pavillon Lenôtre ainsi que la boutique Lenôtre du 16ème arrondissement.

3ème jour : En début de matinée, notre matériel nous a été remis et avons progressivement été habillés. Par petit groupe nous avons visité plusieurs sections des laboratoires Lenôtre : La boulangerie, les bonbons en chocolat, les entremets et la glacerie. Il semblerait que ce privilège ne soit réservé qu’aux étudiants pour des raisons de sécurité presqu’évidentes; aucun professionnel n’a accès aux ateliers. C’est juste impressionnant : Lenôtre est une véritable machine de guerre à l’artillerie grosse, voire très grosse. L’après-midi, Gilles nous a donné des explications théoriques sur les différentes matières premières utilisées en pâtisserie : les différents types de farine, de sucre, le chocolat, les produits laitiers etc…autant dire j’ai du pain sur la planche !!! C’est très important et notre compréhension lors des travaux pratiques dans les semaines à venir, sera favorisée.

4ème et 5ème jour : Nous avons enfin mis la main dans le cambouis. La leçon avait pour finalité de nous faire pratiquer le travail à la poche et de comprendre l’organisation qui sera la nôtre pour les 18 prochaines semaines. Nous avons fabriqué de la meringue française qui nous a servi de base pour s’entraîner au pochage de choux, de carolines et d’éclairs. On poche et on recommence, ainsi de suite. C’est très répétitif certes, mais il n’y a pas d’autre méthode pour parvenir à maîtriser le geste.  Et finalement ce n’est pas si facile que cela en a l’air !

Tous les vendredi, nous terminons à midi par le buffet final. Toutes les réalisations préparées dans la semaine sont ainsi présentées et c’est franchement très beau! Promis la prochaine fois je mettrai des photos ! Maintenant c’est le week-end; repos de rigueur car dès lundi, les choses sérieuses commencent.

Je t’en dis plus la semaine prochaine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s